Max Monnehay, « Géographie de la bêtise »


 
La géographie de la bétise
Depuis son entrée fracassante dans l’univers des starlettres en 2006 avec Corpus Christine (Albin Michel, Prix du premier roman 2006), on avait un peu perdu la trace de Max Monnehay. Il y eut la publication d’une nouvelle dans Playboy, puis une apparition au détour d’un édifiant épisode de Strip-tease dans lequel elle tentait de négocier des à-valoir avec un non-moins édifiant éditeur parisien proche de Jean d’Ormesson.
Cette ancienne du cours Florent publie à la rentrée son second roman, Géographie de la bêtise, au Seuil. Sorte d’anti-Bouvard et Pécuchet low-fi au pays de Secret Story, Géographie de la bêtise suit les pérégrinations de Pierrot, décidé à lever une armée d’idiots à travers la France. Loser oppressé par ses parents, las de sa vie inutile, Bastien, et des centaines de semblables, répond à l’appel. Il rejoint l’idiot du village pour fonder le village des idiots. Un livre détonnant et décomplexé sur la bêtise contemporaine qui ne se niche pas toujours là où on le croit.

 

Publicités
Cet article, publié dans News, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s