Léonce DEPREZ se développe dans les magazines hebdo avec Valeurs Actuelles


rotoInterview de Léonce DEPREZ pour graphiline.com

A la Une de l’actualité de la presse et de l’imprimerie, l’imprimerie Léonce DEPREZ qui vient de remporter le marché d’impression d’un hebdomadaire chaud, Valeurs Actuelles. 

En quoi les nouvelles technologies pré-presse vous permettent-elles désormais de vous positionner sur de tels marchés ?

Interview - avec Valeurs Actuelles, Léonce Deprez (62) se développe dans les magazines hebdo (2/3)LD – Les évolutions technologiques sont telles que l’on peut traiter immédiatement les fichiers pour lancer l’impression dans la foulée. La distance n’est donc plus un obstacle. Si l’on ajoute au pré-presse une capacité de production industrielle permettant de traiter plusieurs cahiers en même temps, on aboutit à un changement qui pourrait être majeur sur le marché des magazines hebdomadaires, en mettant sur le marché des capacités de productions auxquelles les éditeurs ne s’attendaient pas.

Concrètement, comment s’opère ce cycle de production ?

LD – Les fichiers arrivent le jour J entre 19h00 et 20h00, ils sont immédiatement traités en pré-presse et l’impression est réalisée dans la nuit, dans les 2h00. Le façonnage est réalisé en temps masqué. La livraison quitte l’usine entre 4h00 et 6h00 du matin, direction Paris !

Votre démarche consiste donc à élargir l’offre disponible sur le marché pour les éditeurs de presse. A un niveau plus général, comment se présente l’exercice 2012 pour votre imprimerie ?

LD – Bien meilleure que 2011 qui n’a pas été une bonne année pour nous. Nous devrions réaliser un chiffre d’affaires de 39 millions d’euros en croissance par rapport à l’an dernier et à l’équilibre financier. En croissance parce que nous avons la 48 pages Goss Sunday 4000 qui est désormais pleinement productive ! 

Comment se comporte selon vous le marché de l’imprimerie. Comment sentez-vous le marché ?

LD – Le marché se resserre, il est toujours en décroissance. On observe une baisse de la consommation de papier de 8% sur les 9 premiers mois de l’année. Avec une réduction de la pagination publicitaire. Par contre, le support papier résiste bien dans le domaine des catalogues commerciaux et des prospectus. Le support papier reste un média efficace et demandé. Contrairement aux déclarations de Leclerc qui disait qu’il ne ferait plus de prospectus, c’est quand même grâce à ses prospectus qu’il remplit ses magasins le samedi ! Il y a bien une baisse de la consommation de papier, un dématérialisation des imprimés administratifs, une baisse des grammages, des formats, mais on sent que sur certains créneaux, le papier a encore un bel avenir ! L’innovation et les technologies nous permettent à nous imprimeurs, d’aborder de nouveaux marchés avec plus de sérénité.

Advertisements
Cet article, publié dans News, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s